Passer au contenu

Historique

1986

En 1986, un groupe de travail composé de membres de la communauté, de représentants du conseil de santé du district local et de l’université Queen’s a été formé pour élaborer une proposition de centre de santé communautaire à North Kingston. North Kingston a été défini comme la zone située entre Princess Street et l’autoroute 401, et à l’est de Leroy Grant Drive jusqu’à la rivière Cataraqui, avec une population d’environ 24 000 habitants. 

1988

Le financement a été approuvé en 1988, et le North Kingston Community Health Centre (NCSCK) a ouvert ses portes en octobre 1988 avec un personnel de huit personnes.

1990

En 1990, le Centre de santé dans la rue (Street Health Centre (SHC)) a évolué d’un programme de sensibilisation pour se tourner successivement vers l’échange de seringues, le traitement à la méthadone et, finalement, un modèle plus complet en réponse aux besoins identifiés dans la communauté.

1992

En 1992, le NCSCK a reçu des fonds pour étendre son action aux jeunes enfants en parrainant le programme Better Beginnings for Kingston Children (BBKC). Il s’agissait d’un projet de recherche de démonstration sur cinq ans visant à évaluer les effets à long terme de la prévention précoce et du soutien familial/communautaire sur le développement sain des enfants vivant à North Kingston. 

Keep Six, un programme d’échange de seringues, a été mis en place sous la gouvernance de l’unité sanitaire locale, et le SHC a été transféré sous la gouvernance de l’unité sanitaire de Kingston Frontenac Lennox & Addington. Il est devenu évident dès le début du partenariat avec le SHC qu’un modèle de Centre de santé communautaire (CSC) était mieux adapté aux besoins des clients de SHC.

1997

Le BBKC commence à offrir une gamme complète de programmes destinés aux familles vivant à North Kingston.

2000

Au début de l’année 2000, le NCSCK a détaché une infirmière praticienne à un projet de partenariat avec le Street Health Centre (SHC). À l’origine, le SHC a débuté au sein d’une organisation de services sur le sida en tant que programme de sensibilisation à l’éducation à la santé. 

2004

En 2004, un financement a été approuvé pour que le Street Health Centre devienne un programme satellite du NCSCK.

2005

Au début de l’année 2005, le Conseil a achevé un nouveau plan stratégique, qui reconnaissait que les activités de l’organisation ne se limitaient plus à North Kingston. Cela était particulièrement vrai pour le travail effectué au niveau des systèmes pour influencer des changements sur les déterminants de la santé. En même temps, chaque site se concentrait sur des populations spécifiques et possèdait une culture unique. Le conseil d’administration a décidé de changer la dénomination sociale en Kingston Community Health Centres/Centres de santé communautaire de Kingston. 

2006

Le Programme ontarien de distribution des ressources pour la réduction des méfaits (Ontario Harm Reduction Distribution Program (OHRDP)) et les Service aux immigrants de la région de Kingston ont été ajoutés au CSCK en juillet et octobre 2006, respectivement.

2008

Le CSC Napanee et région a reçu un budget préopérationnel en tant que site satellite de CSCK.

2009

La National Association of Community Health Centers (NACHC) reçoit un financement pour une infirmière praticienne autochtone (INP)

Le Kingston Immigration Partnership (KIP) a été intégré au CSCK.

Le NACHC est officiellement ouvert.

2010

Pathways to Education (P2E) est mis sur pied et inscrit sa première cohorte d’élèves de 9e année.

2011

L’INP a offert le tabac sacré Asema aux anciens afin d’être éclairée sur la question suivante : « Comment une organisation non autochtone peut-elle offrir des services de santé à une communauté autochtone ? »

Ouverture d’une clinique dentaire sur le site de Weller pour offrir des soins aux enfants et aux jeunes dans le cadre du programme Beaux sourires Ontario.

2012

Quatre ‘cercles de visionnement’ sont tenus, auxquels ont participé des membres des communautés de Kingston, Napanee et Deseronto (2 cercles à Kingston et 2 cercles à Deseronto). Le cercle de visionnement a déterminé les activités du programme de santé autochtone (cérémonie, sur la terre, activités culturelles pour la guérison et le bien-être, cercles d’enseignement, accès aux aînés, gardiens du savoir, approche inclusive).

Un nouveau poste de spécialiste-conseil pour le programme de santé autochtone est créé.

2013

L’Indigenous Health Council a été créé pour coordonner la guérison et le bien-être dans les communautés autochtones régionales.  

Le CSCK a créé un poste de travailleur en développement communautaire autochtone pour apporter un soutien aux communautés autochtones urbaines de la région.

Le programme régional de télémédecine a été lancé, avec pour objectif d’améliorer l’accès des patients aux services médicaux grâce à la technologie de la vidéoconférence.

Lancement de Thrive, un nouveau programme régional visant à fournir un soutien individuel aux femmes enceintes dépendantes aux opioïdes et aux mères d’enfants de moins de six ans. 

2014

La Clinique autochtone de pression artérielle et des Cercles de tambours ont été créés pour fournir un soutien et une éducation culturellement adaptés aux communautés autochtones.  

Grâce au nouveau bâtiment du 263 Weller, le CSCK a pu fournir des locaux pour les réunions de l’IHC, la Journée du bien-être des Autochtones, le Language Nest, les ateliers de tannage, les suerie et les cérémonies.

Le titre de consultant du programme de santé autochtone a été changé pour celui de « Personne de médecine traditionnelle autochtone ».

La clinique dentaire d’urgence du Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) a commencé ses activités à Weller, et s’adresse aux adultes à faible revenu de la communauté, y compris, mais sans s’y limiter, aux personnes qui bénéficient d’Ontario au travail (OT), du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH, des Services de santé non assurés (SSNA) ou qui n’ont pas de prestations ou des prestations limitées.

La P2E avait une cohorte complète d’étudiants, de la 9e à la 12e année. La première classe d’étudiants de P2E a obtenu son diplôme avec un taux de réussite de 93 %.

Le nouveau bâtiment du CSCK au 263, avenue Weller est terminé, cinq programmes distincts y ont emménagé en mai et juin.

2016

Lors de la construction du Centre de santé communautaire de la région de Napanee, l’Indigenous Health Council a conçu le Cedar Lodge, un espace spécifiquement réservé aux communautés autochtones.

Le nouveau bâtiment du SHC est achevé et ouvre ses portes au 115, rue Barrack 

Achèvement et ouverture du nouveau bâtiment du NACHC, y compris les cabinets dentaires, au 26, rue Dundas.

2017

Lancement du RAAM (Rapid Access Addiction Medicine), un programme de soutien à l’accès le jour même pour l’évaluation et le traitement des dépendances, sur le site de la rue Barrack.

2018

Le site de prévention des opioïdes a ouvert en 2018 pour ensuite devenir le Site de consommation et de traitement (SCT).

L’équipe interprofessionnelle de soins primaires qui fournit des services de santé connexes aux médecins de Frontenac, Lennox et Addington est formée.

Le ministère de l’éducation a fusionné Better Beginnings Better Futures, les centres de la petite enfance de l’Ontario et les centres d’alphabétisation des parents et des familles pour créer les Centres pour l’enfant et la famille ON (EarlyON). Le CSCK s’est porté candidat pour offrir les programmes EarlyON au niveau local et a réussi à assurer la transition des programmes à l’automne 2018.

2019

Suite au projet pilote de clinique de santé pour les transgenres à l’Hôpital général de Kingston (KGH), les centres de santé communautaires de Kingston, avec le soutien du RLISS, ont mis en place le programme de santé pour les transgenres au site de la rue Weller.

2020

Le programme de soins dentaires pour les aînés de l’Ontario a été lancé (y compris l’investissement de capitaux pour l’expansion des cliniques dentaires à Napanee et à Kingston).

Le SCT s’est installé dans un centre de soins intégrés en partenariat avec HARS, d’abord au centre aquatique du parc de l’Artillerie, puis à son domicile actuel au 661, rue Montréal.